Accueil

On sait bien, les employés de l'État, tous des gras dur !

Gras dur ?!

Le tiers des employé-es de l'État gagnent en moyenne 25 000 $ par année.

Même en incluant leur régime de retraite et autres avantages sociaux, pour des emplois comparables, les salariés du secteur public gagnent 8,3 % de moins que les autres travailleurs québécois.

Depuis 25 ans, les salariés du secteur public ont perdu 10 % de leur pouvoir d'achat.

Oui, mais vous, les employés de l'État, vous avez la sécurité d'emploi !

Sécurité d'emploi ?!

35 % des salarié-es de l'État, soit 190 000 personnes, occupent un emploi précaire et n'ont aucune sécurité d'emploi.

Moins de la moitié (48 %) des employés du secteur public occupent un poste régulier à temps complet.

Dans un contexte de rareté et de renouvellement de main-d'oeuvre, personne n'est payé à rien faire…

Oui, mais le Québec n'a pas d'argent !

Pas d'argent ?!

Si on appliquait aujourd'hui le régime fiscal d'il y a 20 ans, le Québec aurait 4 milliards de dollars en plus dans son budget chaque année.

Le Québec pourrait augmenter ses revenus sans toucher la classe moyenne en ajoutant un palier d'imposition pour les plus riches et un seuil minimum d'impôt pour les entreprises.

Oui, mais le privé, ça coûte moins cher !

Moins cher ?!

4 milliards de dollars : ce sont les économies que nous pourrions réaliser en mettant fin aux partenariats publics-privés des centres hospitaliers universitaires; c'est aussi la somme des dépassements de coûts du CHUM et du CUSM.

Selon le Vérificateur général du Québec, la sous-traitance de nos services publics au secteur privé coûte jusqu'à deux fois plus cher.

Oui, mais les employés de l'État ne pensent qu'à eux…

Égoïstes ?!

Les salarié-es du secteur public se battent pour des services publics universels et accessibles pour l'ensemble de la population.

Si les conditions de travail sont moins intéressantes dans le secteur public que dans le privé, qui voudra encore travailler dans le réseau public de santé et d'éducation au cours des prochaines années ?

À coups de décrets et de gels salariaux, les salarié-es du secteur public, dont 75 % sont des femmes, ont fait leur part de sacrifices plus d'une fois.

Oui, mais dans le secteur public, vous avez la Cadillac des régimes de retraite !

Cadillac ?!

Depuis 1982, les coûts du régime sont assumés à 50 % par les salarié-es du secteur public.

En moyenne, la rente d'un retraité est d'environ 19 000 $ par année.

Bonjour la retraite dorée !

Front commun 2015.